Front National

La Picardie a été son meilleur résultat régional (25,03 %, 266 041 voix), [117et le Vaucluse a été son meilleur résultat départemental (27,03 %), 84 585 voix. [118et Saint-Pierre et Miquelon ont été ses meilleurs résultats outre-mer (15,81 pour cent et 416 voix).

Les résultats du premier tour : Les candidats ayant obtenu le plus de voix en France métropolitaine (en gris foncé : Marine Le Pen).

Elle a obtenu son plus faible résultat régional en Ile-de-France (12,28 %, 655 926 voix), [120] son plus faible résultat départemental à Paris (6,20 %, 61 503 voix), [121] et son plus faible résultat outre-mer à Wallis-et-Futuna (2,37 % avec 152 voix). [122]

Un sociologue français, Sylvain Crépon, qui a examiné les groupes professionnels et sociaux des électeurs du FN en 2012, a expliqué : « Le vote FN est composé de ceux qui ont subi les effets de la mondialisation. Les petits commerces qui sont en difficulté à cause de la crise économique et de la concurrence des supermarchés hors de la ville. Ce sont les personnes qui sont mal payées dans le secteur privé ; les chômeurs. Les gens qui sont pauvres sont plus susceptibles de voter pour le FN que ceux qui s’inquiètent de leurs chances de survie.  » [113] Crépon a également analysé l’augmentation du vote FN dans les régions « rurales » et les changements sociologiques récents dans ces zones composées de petites villes de province et de nouvelles ceintures de banlieue pavillonnaires construites dans les banlieues éloignées des villes : « La sous-classe rurale n’est plus celle des agriculteurs. Ce sont ceux qui ont quitté les banlieues et les villes à la recherche de meilleures conditions de vie. Beaucoup d’entre eux ont connu des expériences récentes de vie dans les banlieues (banlieues à forte immigration) et ont également été en contact avec les problèmes de pauvreté.  » [113] Les commentateurs ont également souligné qu’il y avait plus de jeunes et de femmes qui avaient voté pour le parti en 2012. [113]

Le Pen, dans un discours qu’elle a prononcé à Paris le 1er mai 2012, après la marche de la fête du travail et de la Jeanne d’Arc, a refusé de soutenir le président sortant Sarkozy ou le socialiste Hollande au second tour du scrutin du 6 mai. Lors du rassemblement annuel du parti sur la place de l’Opéra, elle a juré de voter blanc et a dit à ses partisans de voter selon leur conscience, en déclarant : « Hollande et Sarkozy – aucun des deux ne vous sauvera. Dimanche, je ferai un vote de protestation. J’ai fait mon choix. Chacun d’entre vous le choisira pour lui-même. Accusant les deux candidats de céder à l’Europe et aux marchés financiers, elle a exigé : « Qui, entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, imposera le programme d’austérité avec le plus grand respect ? Qui suivra le plus le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne ou la Commission européenne ? « .[123]

Le déroulement du processus électoral : 2012-2016

Le Pen a annoncé la formation d’une coalition électorale pour se présenter aux élections législatives de juin 2012 qui est qui est aussi connu sous le nom de Rassemblement bleu marine. Le Pen était candidate dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Elle est arrivée en tête avec 42,36 %, battant le représentant socialiste Philippe Kemel (23,50 %) et le candidat d’extrême-gauche Jean-Luc Mélenchon (21,48 %). Elle a été battue au second tour, avec 49,86 %, et elle a déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel, qui a été rejeté malgré la constatation de certaines irrégularités. Deux législateurs ont été choisis par la nièce du FN Le Pen, Marion Marechal, et Gilbert Collard.

Le Pen était le leader du FN lors des élections municipales et sénatoriales de 2014. Onze maires ainsi que deux sénateurs ont été élus. Le FN a fait son entrée à la chambre haute pour la première fois.

Les élections régionales françaises de 2015

Le 24 mai 2014, le FN a remporté les élections européennes en France, avec 24,90 % des voix. Marine Le Pen arrive en première position dans sa circonscription du Nord-Ouest avec 33,60 %. 25 représentants du FN ont été élus au Parlement européen depuis la France. Lorsque la Commission Juncker a été formée en juillet 2014, ils l’ont rejetée. Le Pen a déclaré la formation de l’Europe des nations et de la liberté dans un délai d’un an. Il s’agissait d’un groupement parlementaire composé du Front national et de la Lega Nord d’Italie. Le Parti pour la liberté des Pays-Bas, le Congrès de la nouvelle droite ainsi que le Vlaams Belang flamand de Belgique et Janice Atkinson, une députée européenne britannique indépendante. La tentative initiale de Mme Le Pen de créer ce groupement en 2014 a échoué en raison du refus de l’UKIP et des Démocrates suédois d’y adhérer, ainsi que de certaines déclarations controversées de son père, Jean-Marie Le Pen. Le Pen était membre de la commission du commerce international. En 2016, Politico l’a classée comme le deuxième eurodéputé le plus influent après Martin Schulz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.