5 mars 2014 Archives | FN 17 Fédération Front National de Charente-Maritime

Florian Philippot 300x300 La France placée sous « surveillance renforcée », Bruxelles confirme son rôle de gardien de prison

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

En plaçant la France sous « surveillance renforcée » comme un vulgaire délinquant, la Commission européenne entend accroître encore un peu plus la mainmise qu’elle exerce sur notre pays, avec la complicité docile des gouvernements successifs UMP et PS.

Cette mainmise se traduira inévitablement dans les mois qui viennent par une augmentation de la pression fiscale sur les ménages et des coupes quasi « sacrificielles » dans les dépenses publiques les plus utiles.

Ignorant volontairement les effets récessifs des politiques d’austérité déjà observés dans les pays du sud de l’Europe, Bruxelles veut obliger la France à suivre le même chemin.

Il est particulièrement révoltant de lire les griefs portés contre notre pays. La Commission européenne nous parle ainsi de « déséquilibres macroéconomiques », « de problèmes de compétitivité » et de « déficit commercial trop élevé », mais à cause de qui, à cause de quoi ? Répondre à ces questions c’est mettre le doigt sur le vrai problème économique de la France : l’euro. Monnaie à laquelle nous ne sommes évidemment pas adaptés, et pour laquelle la Commission européenne, avec l’UMP et le PS, entend nous contraindre à tous les sacrifices, au détriment des plus fragiles et des plus faibles de notre société.

Alors que se prépare dans les antichambres de Bercy un plan redoutable de coupes dans les dépenses publiques, sans distinction d’utilité et ignorant le caractère régalien essentiel de tel ou tel poste de dépense, les Français doivent prendre conscience que le traitement que l’on se prépare à administrer au pays nous met sur la voie d’un déclassement majeur. Tout cela aux seules fins de sauver l’euro et l’idéologie sans frontières qui y est associée.

Il y a urgence à se défaire des chaînes de Bruxelles, à se séparer de l’euro, pour retrouver enfin le chemin de la croissance et de la prospérité.

email La France placée sous « surveillance renforcée », Bruxelles confirme son rôle de gardien de prison

 

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.