5 novembre 2013 Archives | FN 17 Fédération Front National de Charente-Maritime

Laroze 300x218 Municipale à Toulouse : c’est Laroze l’important !

Serge Laroze est satisfait. Avant même d’avoir lancé sa campagne, la tête de liste du FN s’invite comme le troisième homme dans le débat des municipales à Toulouse. Pour la première fois, un sondage a pris en considération l’hypothèse de sa qualification pour le deuxième tour de l’élection. Sans être assuré à 100% de passer la barre fatidique des 10% des votants au premier tour en raison de la marge d’erreur affectée à cette enquête téléphonique menée du 28 au 30 octobre auprès de 704 personnes, cet indéfectible fidèle de Jean-Marie Le Pen peut espérer, à 75 ans, décrocher un siège au Capitole avec un ou deux de ses colistièr(e)s encore inconnu(e)s à ce jour.

De « Ras le Front » au raz de marée

« Les sondages nous ont toujours sous-estimé. Je n’ai aucun doute sur notre présence au deuxième tour », affirme Serge Laroze. Vieux routier des campagnes électorales du FN en Haute-Garonne, il estime que son score final oscillera entre 11 et 12%. Serge Laroze ne prévoit pas de présenter sa liste avant le début de l’année 2014, mais il se frotte déjà les mains à l’annonce de la constitution d’un « comité de vigilance » contre l’extrême-droite, regroupant syndicats et partis politiques de gauche sous l’égide de la Ligue des Droits de l’Homme dans le département.

« Ils ne nous font pas peur, ils nous font de la pub »

« On est habitués. Ils ne nous font pas peur, ils nous font de la pub », sourit la tête d’affiche du parti frontiste, évoquant avec presque un brin de nostalgie la création à Toulouse des « sections carrément anti-Le Pen » (Scalp) dans les années 80. Après les années « Ras le Front », Serge Laroze espère un futur « raz de marée » mariniste aux prochaines élections en surfant sur le ras-le-bol des électeurs.

La « bouée de sauvetage de Cohen »

Face à « la déferlante » Bleu Marine annoncée par le candidat du FN, l’équipage UMP a aussitôt réagi en le présentant comme « la bouée de sauvetage de Pierre Cohen ». Pour Jean-Luc Moudenc, Serge Laroze a remplacé Christine De Veyrac, la candidate de l’UDI reléguée à 3% des intentions de vote selon l’IFOP, dans le rôle de « l’allié objectif » du maire sortant socialiste. Une triangulaire avec le FN sonnerait définitivement le glas des espoirs de revanche du candidat de l’UMP en 2014.

Serge Laroze serait-il l’assurance d’une victoire sans risque du PS à Toulouse ?

Le candidat du FN rejette ces soupçons en renvoyant dos à dos l’ancien et le nouveau maire. Après avoir réservé ces premières piques à Pierre Cohen, qui s’était déclaré « inquiet » de la montée du FN, Serge Laroze ne ménage plus Jean-Luc Moudenc, qualifié de « rigolo ».

Jugé jadis « courtois » parce qu’il acceptait de lui serrer la main, le candidat de l’UMP est désormais accusé de faire « du grand n’importe quoi » en ménageant des places sur sa liste aux souverainistes du MPF de Philippe de Villiers et de Debout la République. « Ils étaient avec nous contre l’Europe et se retrouvent avec M. Moudenc qui est pro-européen », s’offusque-t-il.

Au centre de l’échiquier

« Je ne suis ni de droite, ni de gauche », affirme le candidat frontiste. Serge Laroze rêvait déjà d’un premier débat avec Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc samedi 9 novembre à la télévision régionale. Aux dernières nouvelles, le maire sortant a décliné l’invitation.

Source : Carré d’info Toulouse

Source de l’article: http://fninfos.fr/?p=23994

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.