Google, « plus grand fichier juif de l’histoire » ?

Une fois de plus la fonction « Google Suggest », c’est-à-dire la façon dont le moteur de recherche roi propose automatiquement des mots clés pour compléter les requêtes en cours de saisie, est mise en cause pour ses suggestions parfois tendancieuses, douteuses, voire racistes.

Vous l’aurez sans doute constaté en cherchant le nom de telle ou telle personnalité, il est fréquent que figure l’adjectif « juif » parmi les premiers compléments proposés par l’outil. En tout cas cela n’a pas échappé à plusieurs associations, qui ont assigné Google en référé, afin que la justice lui impose d’y remédier.

Une audience se tiendra le 2 mai, a annoncé à l’AFP Me Patrick Klugman, l’avocat de SOS Racisme, qui ne mâche pas ses mots.

Une machine à « débusquer les juifs »…

« Si le propre du programme Google Suggest n’est pas idéologique » concède l’avocat, « son utilisation l’est et les dégâts sont considérables« . Et Me Klugman de préciser sa pensée : « Google Suggest a abouti à la création de ce qui est probablement le plus grand fichier juif de l’histoire », « il répond de manière claire et objective à un souci malsain qui est de débusquer les juifs ».

Dans leur assignation commune, l’Union des étudiants juifs de France, « J’accuse ! »/Action internationale pour la justice, SOS Racisme et le MRAP, expliquent que « de très nombreux utilisateurs du premier moteur de recherche de France et du monde sont quotidiennement confrontés à l’association non sollicitée et quasi systématique du terme ‘juif’ avec les patronymes des personnes les plus en vue dans le monde de la politique, des médias ou des affaires ».

Un effet de répétition très pervers…

« Se trouve ainsi diffusé et amplifié, de la manière la plus visuellement immédiate, le sentiment de l’omniprésence des juifs aux commandes de la France » déplorent ces associations, qui, pour illustrer leur propos, ont fait des tests sur les noms des candidats à la présidentielle.

La démonstration est imparable : on n’a pas sitôt rentré dans le champ de saisie « Hollande », le début de phrase « François Bayrou est » ou encore « Nicolas Sarkozy est », que le mot « juif » apparaît, à l’affirmative ou sous forme de question. Et l’on pourrait multiplier les exemples à foison, par exemple avec les noms de capitaines d’industrie tels que Martin Bouygues ou Xavier Niel.

Ce que veulent SOS Racisme et consorts…

D’un point de vue juridique, les associations arguent que l’outil de Google enfreint la loi réprimant la constitution de fichiers ethniques et réclament en conséquence que le tribunal interdise à l’entreprise « d’associer le mot ‘juif’ aux patronymes des personnes physiques figurant dans les requêtes des internautes ».

Au-delà, elles souhaitent que soit interdit à la firme « de mettre ou de conserver en mémoire informatisée, sans le consentement exprès des intéressés, des données à caractère personnel qui, directement ou indirectement, font apparaître les origines raciales ou ethniques« .

Dans la mesure où ces informations figurent un peu partout sur le Net, pas nécessairement dans des contextes illégitimes, et où c’est la vocation même d’un moteur de recherche que d’indexer les contenus, cette seconde demande peut paraître discutable et techniquement difficile à mettre en oeuvre, à moins d’une censure aveugle.

Le prisme d’un antisémitisme rampant ?

Pour ce qui est en tout cas de « la saisie semi-automatique », un porte-parole de Google a expliqué que c’était « une fonctionnalité mise en place afin de permettre d’accélérer et de faciliter les recherches des internautes ». Dans l’absolu, en effet, on ne saurait contester son efficacité. Reste ses dérapages…

« Google ne suggère pas ces résultats. Ils sont générés de manière totalement algorithmique, sur la base de critères purement objectifs correspondant notamment aux requêtes préalablement saisies par les internautes. Ils ne sont donc aucunement issus d’un choix éditorial de la part de Google », a ajouté le porte-parole, ce qui revient très schématiquement à dire que ce n’est pas Google qui est obsédé par la judéité, mais les internautes français.

A noter : en décembre dernier, sur un motif assez similaire, la justice avait confirmé en appel une condamnation de Google pour « injure publique ». Le plaignant était une société d’assurance immobilière, dont le nom était systématiquement associé à l’épithète « escroc » ( cf. « Google condamné pour injure« ).

Source de l’article: http://www.metrofrance.com/high-tech/google-a-l-origine-du-plus-grand-fichier-juif-de-l-histoire/mldB!9buB4r33l6ODs/

Be Sociable, Share!

  • more Google, "plus grand fichier juif de lhistoire" ?   Metro France

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.