la violence règne dans les campsFN 17 Fédération Front National de Charente-Maritime

Haiti camps 300x195 Haïti : la violence règne dans les campsPlusieurs centaines de milliers d’Haïtiens vivent toujours sous des tentes, trois ans après le violent tremblement de terre qui a dévasté le pays. Dans ces camps, les conditions de vie sont déplorables et les femmes fréquemment victimes de viols.

Trois ans après le séisme qui a provoqué la mort de près de 300.000 personnes en Haïti et jeté à la rue près de deux millions d’autres, plusieurs centaines de milliers d’Haïtiens vivent encore dans la plus grande précarité. Dans les 496 camps de fortune recensés par l’ONG Amnesty International à travers le pays, les conditions de vie sont déplorables : l’accès à l’eau et à l’électricité font défaut, les installations sanitaires sont pratiquement inexistantes et les habitants sont particulièrement exposés à la violence. Les femmes en sont les premières victimes.

Sur la place Sainte-Anne, près du palais présidentiel, en plein centre-ville de la capitale Port-au-Prince, vivent quelque 2 000 personnes. La plupart y ont trouvé refuge, sous des abris de fortune, au lendemain du séisme, le 12 janvier 2010. Ce camp s’apparente aujourd’hui à un ghetto : les agressions sont légion, les viols quotidiens. Même la police n’ose plus s’y aventurer.

Pendant des décennies, le viol était une arme privilégiée de répression politique dans le pays. Désormais considérés comme des crimes, les viols sont passibles de 10 ans de prison, 15 ans si la victime est mineure. Mais en Haïti, poursuivre les auteurs de viols, même quand ils sont connus, s’apparente à une mission impossible. En outre, nombre de femmes n’osent pas porter plainte par peur de représailles.

Source

Source de l’article: http://www.nationspresse.info/?p=202237

Soyez républicains, partagez svp !

  • more Haïti : la violence règne dans les camps

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.