Le score de Marine le Pen à Puymirol ? « Un vote de souffrance »Fédération Front National de Charente-Maritime FN 17

Puymirol, « joyau du Lot-et-Garonne ». La bastide, qui remonte au XIIIe siècle, a été construite sur un éperon rocheux avec vue imprenable sur la vallée qui file vers Agen. La rue Royale, où Michel Trama a aménagé son hôtel-restaurant, est déserte. Sous un ciel très gris, le vent qui s’engouffre dans la rue principale fait claquer les volets de maisons abandonnées. À l’heure du déjeuner, seules quelques télévisions allumées viennent troubler le silence.

Au bar-restaurant des Arcades, les rares clients attablés au fond de la salle suivent le 13 Heures d’un œil distrait. Ils ne disent pas s’ils ont voté Marine Le Pen mais ils rapportent volontiers ce qu’ils présentent comme les commentaires de collègues ou de vagues relations. « Il faut reconnaître que le Front national dit des vérités », soupire un ouvrier. « Il faut se mettre à la place de ceux qui votent pour lui. Faut voir comment on les traite. Ils ont l’impression qu’on les prend toujours pour des cons. Alors, voter Marine Le Pen, c’est leur façon de répondre. »

À Puymirol, dimanche soir, le score du Front national a surpris. Dans cette commune de 962 habitants où le maire socialiste est élu dès le premier tour, Marine Le Pen a recueilli 149 voix, faisant jeu égal avec François Hollande (153) et Nicolas Sarkozy (144). Au premier tour de 2007, son père avait totalisé 97 voix, loin derrière Nicolas Sarkozy (170) et Ségolène Royal (196).

« Ceux qui nous gouvernent sont déconnectés des réalités », assure-t-on à une autre table où l’on a commandé le menu du jour à 12 euros. « Eux, ils ne mangent que dans les trois-étoiles. Ils vivent dans leur petit monde avec des gros salaires. Nous, on travaille, et à la fin du mois, il ne reste pas des mille et des cents. Ceux qui ont voté Front national ont voulu leur donner un signal. Dans cinq ans, faudra que les choses aient changé. Sinon, ça chauffera. »

Le sentiment d’être oublié

Puymirol échappe pourtant aux caricatures habituelles. Il n’y a ici ni population immigrée ni insécurité. « Si vous voyez les gendarmes, ils vous diront qu’il n’y a pas de problèmes ici. » Plutôt le sentiment d’être oubliés, condamnés à mourir lentement dans l’indifférence générale. « On nous demande maintenant de choisir entre la peste et le choléra », se lamente une jeune mère de famille. « C’est pas ça, un choix. C’est pas ça, la démocratie. »

Pour une quadragénaire, fonctionnaire, qui a voté François Hollande, ce serait plutôt les jeunes de la commune qui auraient ainsi fait passer Marine Le Pen en deuxième position… même s’ils ne sont pas très nombreux. « Il n’y a pas de travail. Ils se sentent isolés. Ils ont l’impression que personne ne s’occupe d’eux. C’est leur façon de se manifester », croit-elle pouvoir avancer.

Jean-Louis Coureau, le maire PS, assure que le score du Front national ne l’a pas surpris. Depuis 1995, le canton est devenu l’un de ceux qui votent le plus massivement en faveur du FN, qui arrive même en tête dans plusieurs communes. « Le vote de dimanche vient seulement confirmer une situation connue. C’est un vote d’exaspération et de souffrance révélateur d’une crise profonde », analyse-t-il tout en faisant le pari qu’une bonne partie de ces électeurs se reporteront dans quinze jours sur François Hollande.

Trois phénomènes expliquent selon lui le phénomène FN : l’arrivée de nouveaux habitants qui ont quitté les « quartiers difficiles » d’Agen pour trouver plus de sérénité à Puymirol, la disparition progressive des services publics et le fait que le monde agricole se sent abandonné par la politique européenne.

« Un signal »

« Vous croyez vraiment qu’ils vont voter Hollande ? » s’interroge un client du bar des Arcades. « Je n’en suis pas si sûr. Ils n’ont plus confiance. Ils sont déçus de la politique en général. PS ou UMP ? Pour eux, c’est du pareil au même. Plus ça va, plus c’est pire. Ils ont envoyé un signal. Maintenant, ils veulent voir ce que ça va donner. »

Source de l’article: http://www.sudouest.fr/2012/04/24/un-vote-de-souffrance-696630-710.php#xtor=RSS-10521769

Soyez républiquains, partagez !

  • more Le score de Marine le Pen à Puymirol ? « Un vote de souffrance »

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.