Libérez vous de Mahomet, pas seulement de Moubarak, Morsi & Confrérie

Pour comprendre les difficultés que tous les musulmans ont avec la Liberté et avec la démocratie, il faut se rendre à l’évidence qu’ils s’abreuvent tous aux mêmes sources du Coran et enseignements liberticides de Mahomet. De l’Indonésie jusqu’au Maroc, en passant par l’Egypte, les régimes peuvent certes alterner, mais, jusqu’à nouvel ordre, les peuples, leurs mentalités et leurs fondamentaux ne changent pas tellement. La révolution humaniste n’est pas encore d’actualité dans ces pays majoritairement musulmans : Allah et Mahomet restent l’ultime référence et la mesure de toute chose et non pas l’être humain.

Et c’est ainsi que les femmes, soumises et mises sous voiles islamiques, continuent d’engendrer des régimes et des sociétés autoritaires ruminant et respectant toujours la même pitance coranique composée d’intimidation, d’humiliation, de peur, de terreur et de prosternations face à la toute-puissance d’Allah ; ce dieu tortionnaire et empli de haine(1) dont il faudra débarrasser notre humanité, à commencer par les musulmans. Le plus vite, sera la mieux !

Le 5 mars 2011, en commémoration de la journée de la femme devant l’Institut du Monde Arabe à Paris, l’association « Ni Putes Ni Soumises » avaient invité et mis à l’honneur des militantes et des militants arabes. Parmi eux, il y avait deux Égyptiens, l’un musulman, l’autre chrétien. J’avais discuté avec eux et puis posé une question :

 « Place Tahrir (c’est à dire de l’Indépendance), vous vous êtes libérés de Pharaon et de quelques uns de ses suppôts. Quand allez-vous vous libérer de leur dieu qui se décrit lui-même, dans le Coran, comme étant le Tout-Puissant, le Contraignant, le Dominateur, l’Hégémonique, Celui qui se fait plus Grand ? » (al-Jabbar, al-Qahhar, al-Mouhaymin, al-Mouçaytir, al-Moutakabbir).

Je revois encore le sourire gêné, mais très révélateur, de mon interlocuteur musulman. Son lyrisme grandiloquent à propos de ce qu’il appelait la révolution arabe et égyptienne avait subitement laissé place à des platitudes sur les espoirs qui étaient permis et les surlendemains qui ne pouvaient que chanter.

D’autres dithyrambes, y compris français, déchantent aujourd’hui et se rendent compte que les peuples arabes, coptes, berbères, kurdes etc., sont tous englués et handicapés par cette idéologie de puissance et d’hégémonie qu’est l’islam. Ils ont tous de très grosses difficultés avec la liberté et avec le respect dû aux autres, à ceux qui sont différents ; deux fondements incontournables de toute réelle démocratie. Il ne suffit pas de disposer d’urnes et d’y déposer librement un bulletin, encore faut-il être guidé, en son âme et conscience, par d’autres modèles que Mahomet, glaive d’Allah Tout-Puissant et Punissant.

Le problème est que les peuples musulmans n’ont en propre que ce type de modèle, antécédent historique conflictuel, belliqueux, mais finalement gagnant. On peut donc comprendre qu’ils soient tentés de vouloir reproduire son épopée pour rééditer leurs gloires d’antan. L’imitation de Mahomet, de ses califes, c’est à dire de ses successeurs à la tête des Empires, de leurs conquêtes, territoriales et féminines, leur avait permis de triompher des polythéistes, des juifs, des chrétiens, des animistes, des empires byzantin, persan, hindou et que sais-je encore !

Maintenant que le récit des printemps a un peu éclipsé celui des indépendances, maintenant que la victoire sur la colonisation occidentale est acquise, maintenant que les musulmans ont réussi à buter les Soviétiques hors d’Afghanistan, maintenant qu’ils ont démontré qu’ils peuvent attaquer les Américains au cœur-même de Manhattan, maintenant que les GI sont sortis d’Irak, sans avoir réussi à installer la paix et démocratie dans les cœurs…, l’histoire des pays musulmans reprend son cours habituel, son cours au long cours, si l’on peut dire.

Il n’y a plus de pirates d’Alger comme au début du XIXe siècle, mais c’est sur d’autres étendues qu’ils opèrent aujourd’hui : c’est aux confins du Sahara, au Yémen et au large de la Corne d’Afrique qu’on traque l’esclave européen dont le négoce peut rapporter gros. L’Africain, par contre, ça ne paie plus tant ! A peine quelques milliers d’Euros pour les passeurs. Il y a pléthore d’offre et la concurrence est rude.

La lecture d’Ibn Khaldûn, nous aide à mieux décoder ce qui se passe aujourd’hui en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Pour cet historien et acteur politique hors pair du XIVe siècle, le seul langage qui vaille dans l’Histoire est celui de la force, associée à l’esprit de corps (‘açabiyya). Cet esprit peut être celui qui anime des ethnies (arabes, kurdes, turques, berbères, pachtounes), mais aussi des alliances hétéroclites de circonstance (Alaouites et Russes contre salafistes, Qatar, Frères musulmans, Saoudiens, al-Qaïda…) ou tout simplement le mercenariat (Noirs africains engagés par Qadhafi). D’après cet historien, la religion apporte une force supplémentaire parce que ses adeptes « ont la même orientation et s’accordent tous sur le même objectif, pour lequel, ils sont prêt à mourir. » (2).

Mais c’est peut être là que réside une lueur d’espoir. Les luttes à mort pour le pouvoir au Proche et au Moyen-Orient pourraient déboucher sur la déconfiture et la décomposition de cet informe monstre islamique, devenu fou de rage ces derniers temps. Cette déconfiture pourrait amorcer un désenchantement et une libération des peuples musulmans et, qui sait, une prise de conscience pour changer d’époque et d’idéologie. Mais cet ogre a certainement besoin d’un coup de grâce pour qu’il lâche prise sur ses proies : les musulmanes et leur progéniture masculine et féminine. En Arabie du XXIe siècles, elles n’ont même pas le droit de conduire des vélos ou des voitures en Arabie !

Mais il se peut que ce soit le contraire qui se perpétue et se régénère dans le sang et surgisse des décombres : l’obscurantisme saoudien, le plus rétrograde, est tout de même un protégé contractuel de nos faux-amis américains. C’est bien en Arabie que se ressourcent, année après année, tous les pèlerins musulmans. L’Arabie pourrait profiter du désordre et du désarroi général pour que sa manne pétrolière serve à étendre, un peu plus, ses hideux voiles intégraux au reste du Moyen-Orient et même en Afrique du Nord. Il est fort probable que des veuves tout en noir, en Syrie, en Irak, en Egypte, en Libye, peuplent et puis repeuplent la rue arabe pour des décennies à venir.

voile intégral Libérez vous  de Mahomet, pas seulement de Moubarak, Morsi & Confrérie

Colombe dans une cage ancestrale

Comme ce fut le cas jusqu’à maintenant, je ne crois pas que les Etats-Unis et le fameux Monde libre feront quelque chose de décisif pour contribuer à l’émancipation des Saoudiennes et de leurs sœurs captives dans la plus vaste prison à ciel ouvert : la terre d’islam.

Pascal Hilout, ex-Mohamed

 ______________________

(1) Dans le Coran, Allah, le soi-disant Miséricordieux, promet la reconstitution de la peau aux mécréants à chaque fois qu’elle se décompose sous l’effet de son enfer. Allah est donc capable de chirurgie réparatrice pour mieux faire souffrir ses créatures. Compassion et Miséricorde, je vous dis !

(2) Ibn Khaldûn, Le livre des exemples, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris 2002, p. 422-423

Source de l’article: http://feedproxy.google.com/~r/ripostelaique/znSM/~3/bC-f59y5NKk/liberez-vous-de-mahomet-pas-seulement-de-moubarak-morsi-et-confrerie.html

Soyez républicains, partagez svp !

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.