Origine de la « Galette des Rois »FN 17 Fédération Front National de Charente-Maritime

galette des rois 300x194 Origine de la « Galette des Rois »

« Épiphanie » est un mot d’origine grecque, Ἐπιφάνεια (Epiphaneia) qui signifie « manifestation » ou « apparition » du verbe φαίνω (phaïnò), « se manifester, apparaître, être évident ». Les «Épiphanes» sont, dans la culture grecque, les divinités qui apparaissent aux hommes. Cette fête correspondait à la réapparition du dieu Dionysos. Rattaché aux saisons il mourait avec le déclin de la végétation pour ressusciter avec la lumière.

 » Cette croyance a été reprise par les romains qui fêtaient les saturnales, célébrant ainsi le retour du soleil.  Cycle lié au début du solstice d’hiver, qui se termine le 6 janvier, date à laquelle le soleil commence chaque jour à gagner quelques minutes. C »est ce jour là, qu’avait lieu sous la Rome antique la fête des 12 Dieux Épiphanes (autrement dit les 12 Olympiens). Durant cette période, la hiérarchie social et la logique des choses pouvaient être critiquées sinon brocardées et parodiées. Les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme « bulletin de vote » pour élire le « Saturnalicius princeps » (Maître des Saturnales ou Roi du désordre). Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il était de coutume; déjà, que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part qui était désignée par la personne chargée du service ; d’où l’usage toujours vivant de « tirer les rois » Par sa forme ronde et sa couleur dorée, la galette symbolise le soleil.
« Cette tradition a évolué mais a perduré au cours des siècles et ces habitudes sont passées jusqu’à nous. On en retrouve la trace non seulement dans le rituel de la galette des Rois, mais aussi dans la fête des fous médiévale et des « rois et reines » des carnavals actuels.

La recette de la pâte varie suivant les régions : flamusse de Bresse,patissous du Périgord, coque des rois ariégeoise, royaume des cévennes, garfou du Béarn, goumeau de Franche Comté, et gorenflot  dans les pays de langue d’oil dès le xve siècle, on préparait un  dessert de pâte sablée fourrée de crème d’amandes qui devient plus tard une pâte levée à la levure de bière.

L’épiphanie est « > traditionnellement fêtée le 6 janvier par toutes les églises chrétiennes. A la suite d’une réforme de la liturgie romaine, elle a été reportée au deuxième dimanche suivant Noël dans les pays où ce jour n’était pas férié.
Noël célèbre la naissance charnelle de Jésus et l’Epiphanie sa messianité. Les trois grandes manifestations du Christ, l’adoration des rois mages reconnaissant le Messie, le baptême du Christ dans le Jourdain et le premier miracle aux noces de Cana en Galilée, sont donc mises en avant le 6 janvier. La ferveur populaire quand à elle, a mit l’accent sur l’adoration des mages.

« En Occident on a gardé la tradition de se réunir à cette date autour d’une galette. Tradition très ancienne, donc puisqu’on peut dire qu’elle remon et qu’elle a toujours existé au cours des te; »>mps.AuXIVème siècle. Le galette était partagée en autant de portions que de convives avec une part supplémentaire destinée au premier pauvre qui se présentait.

La galette <>que l’on connait aujourd’hui(pâte feuilletée plus crème frangipane) apparait au XVIIème siècle, Anne d’Autriche et son jeune fils Louis XIV en partagèrent une la veille de l’épiphanie de 1650.brioche 300x203 Origine de la « Galette des Rois »

 

 » Quand vint la révolution, le nom même de « gâteau des Rois » fut un danger et l’on tenta d’obtenir l’interdiction du gâteau des Rois (son nom fut même un temps remplacé par la galette de l’égalité). Peu après, un arrêté de la commune ayant changé le jour des Rois en « jour des sans-culottes », le gâteau n’eut plus sa raison d’être, mais cette disparition ne fut que momentanée car il reparut bientôt sur toutes les tables familiales dès que la conjoncture le permit.

C’est le jour de l’Épiphanie que l’on fête les Tiphanie (en français), Tifenn (en breton), Tiffany (en anglais) ou Théophano, Théano (en grec).

À la fin du xviiie siècle, des fèves en porcelaine apparurent, représentant l’enfant Jésus. Sous la révolution, on remplaça l’enfant Jésus par un bonnet phrygien. Les graines de fève furent systématiquement remplacées en 1870 par des figurines en porcelaine,  ( en plastique pendant un temps), puis de nouveau en porcelaine. De nos jours, si on trouve toujours de vraies fèves, il existe une multitude de fèves fantaisie qui font le bonheur de collectionneurs : la collection de ces petits objets se nomme la favophillie.

Source de l’article: http://fninfos.fr/?p=14089

Soyez républicains, partagez svp !

  • more Origine de la « Galette des Rois »

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.