Présidentielle : Le Pen et Cambadélis s’inquiètent, Bayrou s’insurge

La première dénonce le «vote utile», le second craint une montée de Sarkozy dans les sondages, le troisième veut limiter les dépenses de campagne.

 

Jean-Christophe Cambadelis: «On ne peut laisser Sarkozy en tête au premier tour»

Le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis estime que «le problème du moment, c’est moins la progression de Jean-Luc Mélenchon que celle de Nicolas Sarkozy», dans une interview publiée samedi dans Le Parisien. François Hollande, selon le député de Paris, «n’est pas à l’abri d’une combinaison politique qui verrait Sarkozy virer en tête au premier tour et accueillir le ralliement de Bayrou ou d’autres…».

Cambadélis «lance donc un appel à l’ensemble de la gauche: on ne peut laisser Sarkozy en tête au premier tour, c’est prendre trop de risques pour le second». «Voter pour Jean-Luc (Mélenchon, ndlr), c’est manifester une radicalité, un enthousiasme, une combativité mais malgré tout son talent, il n’est en situation ni d’être au second tour ni de battre Sarkozy», poursuit-il.

Interrogé sur les conditions d’un appel du Front de gauche à voter Hollande au second tour, Cambadélis estime que «si Mélenchon voulait un programme commun, il fallait le proposer, comme les écologistes, avant la campagne. Les communistes n’ont jamais posé de préalable, ni souhaité que les socialistes en posent pour se désister».

Cambadélis juge que Jean-Luc Mélenchon «a des formules abruptes, inutilement blessantes». «Mais à aucun moment, Hollande ne suivra Mélenchon, pas plus que Sarkozy, Fillon ou Le Pen dans la surenchère ou la polémique».

Marine Le Pen: «Les Français ne doivent pas tomber dans ce chantage» de Sarkozy

La candidate du FN à l’Elysée Marine Le Pen a appelé samedi les Français à «voter pour ce à quoi ils croient» et à repousser le «chantage» de Nicolas Sarkozy, qui selon elle tente de se présenter comme le seul recours à droite contre une élection de François Hollande.

Lors d’une visite dans la matinée sur un marché de Nice, la dirigeante frontiste a accusé le chef de l’Etat d’exercer «une forme de chantage qui consisterait à demander aux Français de voter pour lui (…) pour que ce ne soit pas Hollande».

«Je crois que c’est complètement contraire au processus démocratique. Les Français ne doivent pas tomber dans ce chantage. Ils doivent voter pour ce à quoi ils croient et ils doivent sanctionner des comportements politiques de trahison, d’incompétence et de laxisme tels que ceux que nous avons vécus pendant cinq ans», a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen a reçu un accueil favorable sur ce marché de la place du général de Gaulle, signant de nombreux autographes à des sympathisants qui l’attendaient tout au long de son parcours. Pour Marine Le Pen, tout cela prouve que son niveau dans les sondages – entre 13 et 17% – est «sous-estimé» et que tout est encore possible, même l’élimination de François Hollande à son profit. «Il fait une campagne tellement transparente, tellement inerte que ce n’est pas impossible que ce soit lui qui décroche», a-t-elle dit entre deux étals.

Bayrou: «Je propose qu’on change la loi sur le financement des campagnes présidentielles»

Le candidat centriste François Bayrou s’est prononcé samedi à Bastia pour un changement «sévère» de la loi sur le financement de la campagne présidentielle avec une interdiction des dons des particuliers et un plafonnement des dépenses de campagne à 10 millions d’euros.

«Je propose qu’on change la loi sur le financement des campagnes présidentielles. Je souhaite qu’on ait un financement public intégral pour tous les candidats qui dépasseront 5% au premier tour avec une interdiction des dons des particuliers», a expliqué François Bayrou en pleine polémique sur un éventuel financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par la famille Bettencourt.

«On s’aperçoit que les dons sont souvent organisés pour détourner la loi. On cite l’exemple de puissances financières qui donnent de l’argent à leurs collaborateurs pour que chacun d’entre eux cotise aux campagnes. Si c’est vrai, c’est choquant», a-t-il déclaré. «Et cette suppression des dons des particuliers fera faire des économies à l’Etat car ils donnent droit à défiscalisation», a fait valoir le candidat du MoDem.

«Je propose également un plafonnement sévère à 10 millions contre le double aujourd’hui des dépenses de campagne, ce qui permettra de remettre de l’égalité entre les candidats», a poursuivi Bayrou. «Quand on regarde les déséquilibres de moyens entre les uns et les autres, alors on s’aperçoit qu’il y a un problème dans la démocratie française», a-t-il dit.

(AFP)

 

Source de l’article: http://www.liberation.fr/politiques/01012399625-presidentielle-le-pen-et-cambadelis-s-inquietent-bayrou-s-insurge

Soyez républiquains, partagez !

  • more Présidentielle : Le Pen et Cambadélis sinquiètent, Bayrou sinsurge   Libération

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.