Quatre morts dans un attentat suicide : laFrance dans la ligne de …

La date choisie pour ce nouvel attentat suicide, à la veille du premier tour des élections législatives, démontre la volonté des rebelles de ne pas relâcher la pression sur Paris avant le retrait français.

Les quatre soldats tués sont les premiers morts français dans le pays depuis le drame qui a coûté la vie le 20 janvier en Kapisa à cinq d’entre eux (dont un décédé en mars de ses blessures). Les soldats pris pour cible participaient à « une opération de contrôle » dans la province de Kapisa, proche du Pakistan, où les insurgés restent très actifs.

Un porte-parole des talibans a aussitôt revendiqué l’attaque, en précisant qu’un « fedayin » (apparemment un homme déguisé en femme portant la burqa) a fait exploser la charge dont il était porteur « dans une patrouille à pied française ». Et il affirme qu’elle a fait douze morts dans les rangs français, et quatre chez les policiers afghans. Les talibans sont cependant coutumiers des bilans gonflés pour des besoins de propagande.

Ce nouvel attentat porte à quatre-vingt-sept le nombre des militaires français tués en Afghanistan depuis le début de l’intervention occidentale en 2001, dont neuf depuis le début de l’année.

Le chef de l’État a demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et au chef d’état-major des armées, l’amiral Édouard Guillaud, de se rendre dès aujourd’hui en Afghanistan « pour marquer le soutien de la nation » à ses forces.

Les premières réactions à l’attentat ont été modérées. Pour la députée du Nord Françoise Hostalier (UMP), ce nouveau drame «  montre bien que le travail n’est pas terminé ». Et Martine Aubry, première secrétaire du PS, a appelé les Français à se rassembler dans l’hommage national décidé par le président de la République (lire ci-dessous).

Craintes pour l’avenir

Le départ des troupes françaises risque de poser des problèmes en Kapisa, où talibans et trafiquants sont légion. Officiellement, le gouvernement afghan se dit prêt à prendre le relais, et le général américain John Allen, commandant de la force internationale de l’OTAN en Afghanistan, estime qu’il n’y aura « pas de dégradation de la sécurité » en Kapisa.

Arrivée fin 2001 pour traquer Oussama ben Laden et chasser du pouvoir les talibans, qui le protégeaient, la force internationale a réussi à se défaire de la plupart des éléments d’Al-Qaïda basés en Afghanistan. Cependant, malgré 130 000 militaires étrangers – dont 90  000 Américains – en appui de quelque 340 000 soldats et policiers afghans, la rébellion dirigée par les talibans est loin d’être battue. Au contraire, elle s’est intensifiée et a gagné du terrain ces dernières années, et les craintes que le pays ne s’embrase à nouveau au départ de troupes de l’OTAN sont très répandues.  •

 

La Voix Du Nord

Source de l’article: http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/quatre-morts-dans-un-attentat-suicide-lafrance-dans-la-ia0b0n505050

Popularité de cet article: 2%

Soyez républicains, partagez svp !

  • more Quatre morts dans un attentat suicide : laFrance dans la ligne de ...   La Voix du Nord

Front National
Marine le pen
Le Pen
Rassemblement National

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.